Présentation UTL Quimper
 
Conférences et exposés
 
Voyages d'études
 


- la Selection Naturelle pour les nuls -

La sélection naturelle à plusieurs niveaux.

L'individu
Pour Charles Darwin la sélection naturelle se joue au niveau de l'individu qui cherche à se reproduire et à se multiplier. L'individu doit tout d'abord atteindre l'âge de la reproduction puis trouver un(e) partenaire et enfin amener le maximum de ses descendants en âge de se reproduire... C'est ainsi qu'il pourra être sûr qu'il survivra à sa propre mort (au sens figuré !). L'individu est le niveau le plus communément admis. Il a de plus l'avantage d'être perceptible par tous en observant la nature ou ses contemporains.

D'autres scientiques, qui ne nient pas le principe de l'évolution, pensent que la sélection naturelle peut agir à des niveaux soit plus microscopiques, soit plus globaux.

Le gène
Prenant la suite du biologiste Bill Hamilton, Richard Dawkins fait intervenir la sélection naturelle au niveau des gènes. Ceux-ci seraient donc les acteurs eux-mêmes de l'évolution, luttant pour leur survie et leur prolifération. L'individu ne serait que l'enveloppe ou le véhicule des gènes. Cette enveloppe étant détruite après utilisation (c'est-à-dire la reproduction) seuls les gènes survivraient dans la descendance de l'individu (ce qui n'est pas difficile à prouver !). Cette théorie, presque philosophique, a été développée dans le livre de Dawkins, "Le gène égoïste".

Le groupe
Dans certains cas on remarque que la sélection naturelle s'exerce au niveau d'un groupe d'individus apparentés. En effet, afin de s'adapter à un milieu spécifique, plusieurs individus peuvent coopérer. Cette entraide permet au groupe et donc aux individus de se développer. Indirectement les individus peuvent ainsi transmettre leur gènes, ou, tout du moins une partie. Cette théorie a été développée par Vero Copner Wynne-Edwards.
Comme exemple ont peut citer le comportement des "chiens de prairie" dont certains membres se postent pour surveiller les alentours et les éventuels prédateurs. Les autres individus en profitent pour vaquer à leurs occupations. Les groupes dans lesquels la coopération est la plus forte ont ainsi plus de chance de survivre.

L'espèce et le clade
Pour Stephen Jay Gould, la sélection naturelle peut aussi s'excercer au niveau de l'espèce. Dans un milieu déterminé, des espèces peuvent être en concurrence sur des niches écologiques proches. Tant qu’il n’y a pas de modification des conditions environnementales, ces deux espèces peuvent cohabiter, mais si le milieu se modifie,

les deux niches peuvent se recouvrir complètement, ou presque, ce qui entraîne une compétition entre les deux espèces et l’élimination de l’une.
Le même scientifique évoque également que la sélection naturelle pourrait également cibler le niveau supérieur aux espèces : le clade. Un clade regroupe l'ensemble des espèces descendantes d'un ancêtre commun



UTL Quimper, boîte aux lettres 106, 1 Allée Monseigneur Jean-René Calloc'h, 29000 Quimper - Mentions légales