Présentation UTL Quimper
 
Conférences et exposés
 
Voyages d'études
 


- Le dessin de presse -

Informé par téléphone vers 17 heures du thème de l’article à illustrer, le dessinateur doit envoyer son dessin au journal avant 20 h 30.
Malgré l’urgence, le dessin est plus un plaisir qu’une contrainte. Le dessinateur est libre de son idée, qui joint souvent deux thèmes ou évènements - celui demandé par le rédacteur en chef et celui que voudrait illustrer le dessinateur.
 
La « cuisine » du dessin de presse :
Le dessin de presse illustre l’immédiat. Il utilise la caricature dans une mise en scène apte à exprimer une idée. L’interprétation peut d’ailleurs varier selon les classes d’âge. Il utilise aussi les problèmes de société.
Les personnages doivent être reconnaissables. Il faut savoir utiliser des signes qui désignent un policier, un juge, un avocat, un cultivateur, ou une grand-mère…
Et veiller à ne pas choquer le lecteur (le Télégramme, journal sans position politique officielle).
 
Liberté d’expression et censure :
On peut tout dessiner : c'est la liberté d’expression dans une démocratie laïque.
Le Télégramme laisse cette liberté au dessinateur. Mais il arrive que celui-ci s’auto-censure, en fonction de ses valeurs personnelles.
On peut tout dessiner, mais le dessin doit avoir un sens, que le dessinateur doit assumer.
Exemple des caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo : Le turban en forme de bombe sur la tête de Mahomet n’a guère de sens. Le même turban est plus significatif sur la tête d’un imam d’aujourd’hui.
 
La caricature fait partie du jeu politique :  
C’est même une forme de reconnaissance recherchée par les personnalités, de sorte qu’il s’établit une sorte de jeu entre le dessinateur et son modèle.
La caricature de personnes privées demande plus de prudence.
Le dessin de presse a désormais sa place dans tous les journaux : rôle important de la dérision.
Le dessin incite à lire l’article, il attire le lecteur à l’intérieur du texte écrit. Grâce au décalage qu’il introduit, il permet de prendre du recul par rapport à l’événement.
La caricature :
En trois coups de crayon, le personnage apparaît et il n'est point besoin d'attendre la fin pour le deviner. Les éléments majeurs sont mis en valeur et définissent le personnage. Parmi les caricatures faites en direct on reconnaît Chirac avec son nez, Sarkozy avec ses oreilles, Cozan avec son écharpe...


UTL Quimper, boîte aux lettres 106, 1 Allée Monseigneur Jean-René Calloc'h, 29000 Quimper - Mentions légales